• Dantelles et brouillard

     

     

    Elle se glisse doucement sous l’édredon de rose coloré

    Un petit voile à dentelles couvrait ses frêles épaules

    Il l’avait peu attendue, un peu regardée

    Dans ses yeux malicieux reflétait la chandelle

    Complice silencieuse de leurs nuits sensorielles

     

    Elle s’et accolé à lui, doucement comme auparavant

    Pas pour le surprendre, il ne faut pas si méprendre
    Il sentait le sommeil. D’une lune complice!
    Ah !elle…était loin leur jeunesse vermeille ?

    De leurs nuits agitées au-delà du sommeil

     

    Elle ôta le voile à dentelles, puis la lumière les quitta,
    Ne reste que de douces caresses sur leurs corps fébrile et barbon
    il ni a pas si longtemps les miroirs étaient leurs complices
    A présent le repas consommé ils noient leur lot d’incertitude

    Parmi les calices empli d’une liqueur vaporeuse illicite

     

    Elle balbutia à son oreille quelques mots langoureux
    Puis ils sont partis pour un incertain voyage.
    Où l’amour était roi, dans des pays d’autrefois

    A présent la fatigue sommeille en leurs corps séculaire
    Les laissant seuls abattus, se perdre dans les doutes

    .
    Au matin, alors qu’ils émergeront doucement du brouillard
    Chercheront longtemps, pour comprendre la nuit.

    En regardant au parterre la robe en dentelle froissée
    Puis en se regardant dans leurs yeux délavés

    Se diront encore une fois que la liqueur des calices les a dépravé

     

    Otangerac


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :