• Glacé comme le désespoir

    Glacé comme le désespoir

    Je suis venu te voir

    J’attendais toujours un mot de toi

    Mais ton regard ma glacé d’effroi

     

    Je suis un homme simple perdus dans mes songes
    Je me regarde dans ton ennuie
    Pourtant je n'ai pas laissé mourir l’envie

    J’ai connu des vents de pitié pour tes mensonges

    Parfois la mort m’écrit les soirs d'ivresse

    Dans mes solitudes maquillées par la nuit
    Je lui répondu par simple politesse

    Comme si en trop était ma vie

    Je lui est dit que j’ai vu des plages de tendresses
    Des vagues d’écumes se brisant sur des corps d’allégresses

    Des arbres sans ombre pour ceux qu'ils hébergent

    Des promesses d’éternité la bas sur les berges

     

    Que j’ai connu des ciels plus blancs

    Des mers aux reflets d’argent

    Qu’il y a des heures déraisonnables
    Que la détresse rend irresponsable

    Je suis comme un mendiant fatigué qui s’exile pour mourir  
    Les mains ouvertes pour d’amour se nourrir
    Mais lorsque se soigner c'est boire pour oublier
    La réalité on la vie comme une cruauté

    Otangerac

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :