• L'heure indue

     

     

    J’avais écris et consigné des mots en ton honneur

    En vue de quelques reliquats de bonheurs

    Un soir de bleus je l’ai es égarés

    Tu n’y étais pas pour rien mémé !

     

    Ils n’étaient pas de réconforts mais anoblis

    Pas pour apaiser, pour un peut d’oubli

    Depuis je mesure mon tourment

    Et rester là seul à attendre le serment

     

    Je ne sais si c'est vraiment de l'insomnie
    Peut être juste une trop courte nuit

    En attendant je vis mes asthénies
    Les yeux ouverts sans avoir rien compris

     

    Aujourd’hui je me sens trahi abandonné
    J’hurle à qui veut écouter 
    Que jamais plu je ne pourrai vers toi me confier

    Pourtant tu avais les rides du bonheur divulgué

     

    L’heure n'est pas bonne mais indue

    Ces rides-là les plus belles que j’ai lues

    Dans les yeux d’une grand-mère ingénue

    Que j’ai hélas mis en terre ce jour échu

     

    Otangerac


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :