• L'institutrice

     

    J’avais à peine dix ans,

    J’étais petit et déjà arrogant

    Je voulais faire comme les grands

    Faire un mètre quatre-vingt Avoir vingt ans,

     

    J’étais amoureux de mon institutrice,

    Déjà une maîtresse !
    Elle était mariée, quel injustice

    C’était une traîtresse.

     

    Et puis j’ai rompu,

    Nous n’étions pas d’accord sur la grammaire
    Mais pour composer des paires

    Je n’étais pas doué
    Alors j’l’ai plus aimée

     

    Ma chère institutrice.
    Mais je garde le souvenir d’une grande séductrice.

    Et puis j’ai eu vingt ans,

    Beaucoup plus maintenant,
    Je reste nostalgique de mes amours d’enfant,
    Et quand j’vois une instit, j’ai même les yeux brillants.
    Des souvenirs comme ça vous marquent pour cent ans.

     

    Merci tendre maîtresse, vous fîtes de nous des hommes
    Vous nous avez tout appris, à lire et à compter
    Et sans vous en douter parfois même à aimer
    Et pour effacer ça, il n’y a pas de gomme.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :