• Le porte plume

     

     

    Ce devait être en mai

    Le jour qui annonce le muguet

    A la marge d’une feuille cadrée

    Dissimulée a la dernière page d’un cahier

     

    Tout près d’un vieil encrier

    Un porte plume a la cime rongé

    A son extrémité une plume en acier

    Ce porte plume aux mots affiné

     

    S’était égaré  

    Sur une blanche feuille écornée  

    Du cahier de la plume d’a côté

    En catimini lui griffa un lieu approprié

     

    Puis passant près d’elle tout excité

    Lui fit un signe d’amitié

    En versant une goûte d’encre indélébile

    Sur son buvard aux taches incompréhensibles  

     

    La plume était loin d’être sotte

    Elle se mit sous son aile penaude

    Et de sa plu belle écriture incurvée

    Le porte plume entrelaça sa moitié

     

    Voici comment naissent les idylles

    Sur tout les bas de parchemin

     

     

    Otangerac


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :