• Ville de silence

     <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

    Les rires et les chansons s'égarent

    L'année se meurt l'hiver l'entraîne

    Buvons à ceux absents à notre table

    Il me reste un peu de vin et ce soir je n'ai pas faim

     

    Vous, mes amis, ne dormez pas encore

    Gardez un instant pour moi

    Voici une journée nouvelle, une page blanche à remplir

                                                  Car je ne pourrais plus vivre comme avant

     

    Les jours de bonheur ne sont plus au rendez-vous !

    Le temps des grisailles m'a gravé de ton empreinte
     Me frappe à coup de souvenirs

    J'aimerais tant retrouver les parfums oubliés

     

    Vivre en se disant que demain est en avance

    Que ton départ n'est qu'une vieille fable !

    Certain bienheureux seront grippé pour ne pas t'accompagné 
    Mais viendront se réchauffer en mon enfer,

     

    Je regarde se qui sortent en pleurant d'un château

    Et claques les portes de leurs belles torpédos

    Ils sont tous là emmitouflés dans leurs paletots

    Les faux-semblants des jours de goguettes

     
    Quand d'autre lave leur linge sale dans une flaque d'eau !

    Et s'étendent sur des bancs en regardent s'éteindre les étoiles la haut

    Ses gueux qu'ils disent qui de toi ont le souvenir

    Ont troqué leurs oripeaux pour te regarder partir

     

    A présent il ne reste de toi q'un nom sur un marbre grave

    Hélas dans nos esprits toujours jeunes tu seras

    En ce jour de souvenir, j'ai affronté la misère et le froid
    Afin de te rendre une visite dans ta ville de silence

     

    Otangerac


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :